BT

Comment être inspiré ? Devenez chasseur d'idées !

Écrit par Jeremy Stanton , traduit par Hadrien Pierart le 18 juil. 2014 |

Il y a bientôt 20 ans, un ami brillant ayant fondé sa société m'a vendu l'importance d'avoir la bonne idée. Il m'a raconté l'histoire d'un expatrié américain qui avait fondé une société d'externalisation à l'étranger, bien avant que ça devienne à la mode.

La société explosa et le gars devint riche du jour au lendemain. Pour moi, la conclusion était que cette personne s'était réveillée un matin avec une super idée et que c'était devenu un grand succès. J'étais jeune et impressionnable, et l'idée est restée. Je ne sais pas pour vous mais j'ai passé plus de temps que je n'aimerais le reconnaître à attendre cette super idée. Pour commencer, j'avais décidé d'aider mes amis avec leurs idées en attendant ma révélation. J'ai travaillé d'arrache-pied et le temps a passé. J'ai attendu.

Dix ans plus tard et après plusieurs changements de boîtes, j'avais un super CV et plusieurs amis aisés, mais toujours pas d'idées. Que s'est-il passé ? J'étais quelqu'un d'intelligent. Je m'étais couché des milliers de fois, espérant me réveiller comme le gars de l'histoire de mon ami, frappé dans la nuit par ma révélation, mais sans succès. Clairement, mon approche n'était pas la bonne. J'y ai beaucoup réfléchi et je suis arrivé à la conclusion que j'étais comme un chasseur attendant que sa proie se capture d'elle-même. Bambi ne souhaite pas être capturé. Cela ne fonctionne pas comme cà.

Et alors ?

Il existe de bons livres sur comment transformer des idées correctes en modèles économiques viables. Si vous êtes comme moi, vous devez juste dépasser le cap initial de l'idée et dépasser ce blocage de l'écrivain-entrepreneurial, mais comment faire ? Pour commencer, mon ami avait tort et l'air du temps est de mon côté. "Avoir des idées" est devenu une mantra aujourd'hui. L'action est reine. C'est la vérité. Mais ne vous méprenez pas. Cela ne signifie pas que les idées ne sont pas importantes, mais trouver une idée aussi proche que possible de la bonne idée vous économisera beaucoup de temps, d'argent et de galères. La différence entre une idée valable et une mauvaise idée est la même qu'entre toucher le bord de la cible et tirer dans la direction opposée. Mais quelle différence cela représente-t-il ?

Il y a quelques années, avant que les smartphones et PDA soient partout, deux gars plutôt malins ont eu l'idée de construire une technologie permettant les paiements mobiles via PDA. Ils avaient imaginé un monde où les gens pouvaient échanger entre eux plutôt que via des sociétés. Cela avait l'air génial. Ce fut un réel échec. Heureusement, ils réalisèrent que le problème n'était pas le concept mais la plate-forme. Ils décidèrent de permettre les transactions par email et Paypal était né. Vous pouvez viser dans la bonne direction mais toucher la mauvaise cible. La leçon est que presque toutes les premières idées sont mauvaises. L'idée est de démarrer le plus proche possible de quelque chose de bien et d'itérer via un processus pour le reste du chemin. L'échec n'est pas une destination. Lorsque l'on échoue, il faut apprendre et réessayer. Inspirez-vous d'Athena et soyez un chasseur.

Pour commencer

Je vois des amis d'amis monter leur boîte, simplement pour monter une boîte. C'est particulièrement courant dans le Midwest. Ils choisissent leur produit en fonction de ce qu'ils pensent être à la mode avec peu de considérations concernant l'adéquation avec leurs passions ou après une validation du marché. Pire, ils ont potentiellement une bonne idée mais poursuivent la solution plutôt que le problème, ce qui réduit les chances de trouver une association produit/marché. C'est d'autant plus regrettable qu'ils sont généralement financés par leurs amis et leur famille.

J'ai vu cela plusieurs fois récemment. J'ai été contacté par de nombreux médecins souhaitant profiter de l'explosion d'intérêt pour les applications médicales et le stockage de données. Les sommes qu'ils sont prêts à investir dans ces idées sont impressionnantes. Je les ai presque toutes refusées. Pourquoi ? Parce que j'ai déjà entendu parler de quelqu'un de plus avancé et mieux positionné, avec une meilleure vision. Je sais cela et je ne suis même pas un spécialiste dans ce domaine. Ils sont tellement concentrés sur le fait de gagner la loterie des startups qu'ils sont complètement déconnectés de l'état de l'art dans leur propre domaine. A ce jour, presque tous ceux qui m'ont contacté sont bloqués ou sont dépassés par des équipes plus concentrées sur le problème que sur l'argent.

Si vous habitez dans le Midwest ou tout autre lieu éloigné, le problème est pire donc préparez-vous à vous déplacer ou à lire énormément et à réseauter. C'est la seule solution pour vous éviter de vous ridiculiser devant de potentiels investisseurs ou de dilapider de l'argent que vous ne pourrez pas rembourser. Est-ce que ça vous ressemble ? Stop. Rendez son argent à votre grand-mère. Si vous vous retrouvez avec une entreprise prospère, ça sera malgré votre approche plutôt qu'à cause de celle-ci..

Ne suivez pas le mouvement. Ces gens poursuivent des solutions. Vous risquez de vous retrouver à construire des solutions pour des problèmes qui n'existent pas. Chassez les problèmes. Les soucis liés à l'ignorance et aux erreurs de cibles disparaîssent si vous empruntez cette approche.

Si tout tourne autour du problème, lequel choisir ? Ne cherchez pas du gros gibier sur Brooklyn. Vous ne le trouverez pas. Mais alors, où chercher ? Vos expériences de vie et vos passions sont une très bonne source d'idées. Le domaine que vous poursuivez doit être quelque chose que vous aimez ou avec lequel vous travaillez régulièrement car la courbe d'apprentissage sera plus simple et l'inspiration meilleure. Cela réduit le risque et augmente vos chances de réussite.

Choisissez le quoi

Quand j'ai commencé ce processus, je me suis dit que j'allais faire quelque chose dans la publicité en ligne. Ayant passé 15 ans dans cette industrie, je pensais pouvoir mettre à profit mon expérience et trouver quelque chose. J'ai ouvert un Google doc et commencé à réfléchir. Je me suis forcé à passer au moins une heure chaque semaine à trouver des idées et à les écrire. Je voulais documenter le processus pour chercher des tendances dans mes réflexions. Ceci dit, un tireur d'élite ne démarre pas de cette façon. Ils y arrivent en faisant des erreurs. Beaucoup. Il faut s'entraîner. La cohérence est la clé.

C'était génial. Cette partie du processus avait l'air correcte. L'échange avec d'autres entrepreneurs à succès m'a confirmé que j'étais sur la bonne voie. J'ai passé plusieurs mois à noter toutes mes idées. Le processus avait l'air correct mais je n'étais pas encore sûr du résultat.

Ma première idée convaincante était censée changer radicalement la segmentation du marché des petites et moyennes agences de publicité. Mon partenaire et moi avions eu des réactions importantes lors de nos interviews initiales et pensions tenir quelque chose. On commença à travailler sur des croquis du produit et des diagrammes pour l'UI. Nous étions convaincus de notre capacité à proposer quelque chose d'excitant à nos clients, mais les semaines passant, j'ai commencé à me demander si la publicité était vraiment une passion. Oui, je chassais le problème plutôt que la solution, mais étais-je vraiment motivé par cela ? Etait-ce vraiment quelque chose de motivant pour moi ?

Dans Running Lean, Ash Maurya raconte son temps passé chez WiredReach. Après avoir passé plusieurs années de sa vie à créer et construire cette société, il a atteint un seuil après 7 ans. Il réalisa que cela ne lui correspondait plus. La société était florissante mais ne le motivait plus. Une passion décalée. La vie est trop courte. Une bonne idée n'est pas toujours suffisant. Parfois, c'est à vous de pivoter plutôt qu'à la société.

Pour moi, la perspective de travailler sur mon idée ressemblait trop à du travail, et pas dans le bon sens. Malgré toute mon expérience dans la publicité, cela ne me correspondait pas. J'avais réussi à être motivé pour aider les autres à monter leurs technologies publicitaires, pour eux mais lorsque mon tour arrivait, je n'y arrivais pas. J'avais des idées mais je n'arrivais pas à me convaincre qu'une valait le coup. Etait-ce de mauvaises idées ? Non. Mais j'essayais de rendre service à quelqu'un d'autre. J'étais juste moins passionné par la publicité que par d'autres domaines de ma vie et j'ai décidé qu'il était temps de changer de cible. Je pouvais toujours utiliser mon expérience sans me concentrer sur la publicité mais plutôt sur d'autres aspects de ma vie dans lesquels j'excellais aussi. La teneur de mes séances de réflexions changea radicalement. J'étais excité à l'idée de pouvoir résoudre mes propres problèmes et les idées ont commencé à arriver.

Les chasseurs utilisent des chiens pour dénicher leur gibier, car les chiens ont un odorat très développé. Une bonne idée n'a pas d'odeur, mais vous pouvez clairement la sentir autrement que par son odeur. Si vous prenez le temps, vous remarquerez ce sentiment que l'on a avec une bonne idée. C'est la gène. Vous pouvez la remarquer chez les autres, mais pour trouver une adéquation passion/produit, il faut que vous soyez concernés. La gène est une très bonne boussole. Lorsque vous la ressentez, dirigez-vous dans sa direction et demandez-vous "pourquoi ?". Interrogez-vous suffisamment souvent et vous finirez par entre-apercevoir la bête que vous essayer de capturer. L'idée ne sera pas limpide directement mais vous serez capables de repérer les contours du problème.

Soyez patients. Analysez avant d'agir.

La première idée qui m'a vraiment motivé tournait autour du VMI (vendor managed inventory. ndt : gestion des stocks pilotée par le fournisseur). Avec un appareil simple, vous pouviez automatiser le ré-approvisionnement de votre réfrigérateur. Je voulais commencer à coder tout de suite, mais un ami m'en empêcha. Il me recommanda de respirer, de prendre du recul et de me renseigner. Chaque jour, je réfléchissais un peu plus à ce que je voulais créer et je réalisais qu'il allait être compliqué de fabriquer correctement le matériel. Arrivant du monde du logiciel où il est simple de pivoter d'un claquement de doigt, miser sur du matériel était quelque chose de risqué pour moi. Je ne connaissais personne en Chine et devrais me créer ces contacts ou me déplacer moi-même. Pouvoir itérer rapidement était important pour moi et devrait l'être pour vous aussi. Le nombre d'itération de développement / feedback que vous pouvez supporter avant d'être à court de ressources déterminera le nombre de coups que vous avez dans votre "pistolet". Plus vous essayez, plus vous avez de chance d'améliorer votre cible. Faire des pauses pour réfléchir m'a permis d'économiser de nombreux coups.

Vous êtes donc en chasse depuis un moment. Vous avez trouvé quelque chose d'intéressant. Est-ce que vous vous jetez tout de suite dans le feu de l'action ? Oui, si l'argent n'est pas un problème pour vous. S'attaquer à un problème dès qu'on le découvre paraît souvent la bonne approche car nos instincts ont évolué dans la savane. Les Hackathons et autres évènements encouragent cette mentalité. Les projets qui en émergent sont souvent novateurs mais risqués comme socle pour monter une société. Essayer de construire une solution sans avoir une bonne compréhension du problème est comme un chasseur qui saute sur le dos de la première chose qui bouge. Si vous avez de la chance, c'est le dîner, mais vous pourriez aussi devenir le dîner.

Soyez patients. Après ce premier indice, laissez-vous le temps d'explorer le problème que vous avez déniché. Comme les anciens chasseurs, vous risquez de devoir le pister pendant quelque temps avant de trouver la bonne approche de capture.

La surprise.

Plus vous passez de temps à chasser des idées, plus vous deviendrez sensibles à ce ressenti que vous avez quand vous en avez une bonne. Pendant que vous réfléchissez à une, vous pourriez tomber sur une autre. Peut être que ce n'est pas ce à quoi vous vous attendiez. Peut être qu'elle se cachait derrière votre lit. Ne vous laissez pas aveugler par vos attentes. Si vous sentez la gène vous tirailler dans une direction inattendue, suivez-la. Cela signifie que vous tenez quelque chose.

Quand agir ?

A ce stade, certains se laissent paralyser par l'analyse. Ne paniquez pas. Vous avez fait votre travail correctement. La question n'est pas "est-ce que vos idées valent le coup" mais "quand démarrer". Comment savoir ? Lorsque vous avez une validation.

Votre passion pour le problème est un bon indicateur. Si vous ne pouvez pas vous empêcher de penser au problème, c'est un signe important. Si d'autres ne peuvent s'empêcher de penser à votre problème, c'est un signe encore plus important. Discuter avec des gens. Est-ce que l'idée les motive également ? Essayez de trouver des gens qui vous apportent des réponses critiques et qui ne sont pas juste d'accord. Cette discussion aura certainement lieu avant de rencontrer des clients potentiels donc vous n'avez pas besoin d'avoir un business plan bien ficelé. Ce que vous recherchez, c'est une réaction viscérale. Vous pouvez aussi évaluer si d'autres joueurs essayent de résoudre le problème mais que votre idée est nettement meilleure, plus rapide, moins chère, etc. Si personne ne s'intéresse déjà à votre problème, vous êtes soit chanceux d'avoir bougé le premier ou vous vous trompez. Par conséquent, soyez prudents. Il y a de nombreuses façons de valider une idée mais il est important de le faire.

Dans mon cas, j'ai cherché à confronter mes idées au processus. J'ai commencé à faire des prédictions. J'ai considéré que si je pouvais écrire quelques lignes efficaces par semaine et que les idées étaient bonnes, je devrais tôt ou tard les voir ressortir en sociétés financées. C'était difficile au début mais ça s'est amélioré. J'ai commencé à avoir plus d'une idée par semaine et à pouvoir naviguer vers celles de valeur. J'ai observé et attendu. J'étais occupé avec une autre startup, donc l'attente était facile. Cela n'a pas pris si longtemps que ça. En six mois, j'ai eu ma première prise. c'était un article annonçant un tour de table de financement d'une des premières idées que j'avais noté. Dix-huit mois s'écoulèrent et les trois quarts des idées terminèrent financées. Je me sentais idiot de ne pas avoir fait ça plus tôt. J'avais eu de bonnes idées pendant tout ce temps. Je ne m'étais juste pas préoccupé de les attraper.

Cela vaut la peine de le répéter : il ne suffit pas d'une bonne idée. Développez un processus pour les créer et les valider. Le processus en lui-même n'est pas aussi important que le fait d'en avoir un. Accrochez-vous. Essayez des choses. Rejetez ce qui échoue. Conservez ce qui marche. Vous progresserez. Cette approche vous permettra de transformer des idées moyennes en vrais projets qui valent la peine d'y investir.

Attaquez

Tout le monde a de grandes idées mais peu prennent le temps de les considérer sérieusement. Lorsque l'inspiration arrive et qu'une idée apparaît, ils la rejettent comme quelque chose d'inaccessible ou de triviale. Comme le dit Tim Westergren, le fondateur de Pandora : "Assurez-vous de remarquer les idées lorsque vous les avez. Arrêtez-vous. Prenez le temps de les considérer sérieusement". Mettez de côté le temps et prenez du recul. Lorsque vous avez l'idée, faites des recherches. Traquez votre proie. Etudier la minutieusement. Validez votre approche. Si l'idée vous tient toujours, jetez-vous dessus.

Souvenez-vous que créer une société implique d'avoir une bonne idée mais la faire durer nécessite d'en avoir encore et encore. C'est un cycle qui ne s'arrête jamais, il est donc important d'avoir un processus et de continuer de le faire fonctionner.

Faites un choix. Il est temps d'agir. La prochaine grande idée est là, quelque part et il ne tient qu'à vous de l'attraper. Préparez votre arc et laissez la flèche d'Athena voler.

A propos de l'auteur

Jeremy Stanton a passé les 20 dernières années dans des startups. Il a débuté sa première société de jeux PC au lycée pour évoluer rapidement vers des sociétés orientées web lors du premier boom du .com. Depuis, la majeure partie de son temps a été investie dans des plate-formes publicitaires web orientées données, dont un succès récent avec la vente de Fetchback à eBay. C'est un mentor enthousiaste de startups et un agiliste. Pendant son temps libre, il apprécie le vélo, la course à pied et faire des jeux de mots.

Bonjour étranger!

Vous devez créer un compte InfoQ ou cliquez sur pour déposer des commentaires. Mais il y a bien d'autres avantages à s'enregistrer.

Tirez le meilleur d'InfoQ

Donnez-nous votre avis

Html autorisé: a,b,br,blockquote,i,li,pre,u,ul,p

M'envoyer un email pour toute réponse à l'un de mes messages dans ce sujet
Commentaires de la Communauté

Html autorisé: a,b,br,blockquote,i,li,pre,u,ul,p

M'envoyer un email pour toute réponse à l'un de mes messages dans ce sujet

Html autorisé: a,b,br,blockquote,i,li,pre,u,ul,p

M'envoyer un email pour toute réponse à l'un de mes messages dans ce sujet

Discuter

Contenu Éducatif

Rien ne serait possible sans le soutien et la confiance de nos Sponsors Fondateurs:

AppDynamics   CloudBees   Microsoft   Zenika
Feedback Général
Bugs
Publicité
Éditorial
InfoQ.com et tous les contenus sont copyright © 2006-2014 C4Media Inc. InfoQ.com est hébergé chez Contegix, le meilleur ISP avec lequel nous ayons travaillé.
Politique de confidentialité
BT