BT
x Votre opinion compte ! Merci de bien vouloir répondre au sondage InfoQ concernant vos habitudes de lecture !

PolarSys, M2M, IDE, des nouvelles d'Eclipse
Enregistré à :

Interview avec Etienne Juliot par Pierre Queinnec le 29 janv. 2014 |
  • Télécharger
  • MP3
12:07

Bio Etienne Juliot est co-fondateur et vice président de Obeo, une société spécialisée dans les outils de modélisation. Il a plus de 14 ans d'expérience en architecture logicielle pour les systèmes d'information et les systèmes embarqués. Il est impliqué dans plusieurs projets Eclipse (Acceleo, Sirius, EMF, eGit, ATL, SOA, ...) et est un des membres du board de direction de la fondation Eclipse.

   

1. Bonjour Etienne, peux-tu te présenter ?

Etienne Juliot, je suis un des fondateurs de la société Obeo qui a été créée il y a 8 ans et proche de tout ce qui est Fondation Eclipse et Eclipse. On est une boîte Française qui s'est spécialisée dans les outils de modélisation et basée sur les technologies Eclipse, notamment sur des technos open-source. J'ai également une deuxième casquette qui est membre du Board des directeurs de la Fondation Eclipse.

   

2. Concernant la Fondation, quelles sont les news à annoncer ?

Il y a des choses pas mal. Déjà, ce qui est intéressant dans la Fondation et que j'aime beaucoup c'est qu'elle n'est jamais statique. Si il y a des choses qui ne vont pas, comme de la lourdeur qui s'installe, ils sont capables de changer les règles, changer l'organisation, changer même les statuts de la Fondation (qui est un genre d'association) pour se débarrasser de cette lourdeur qui peut arriver dans tout endroit, toute communauté. Par exemple, en un an il y a eu énormément de travaux de faits pour simplifier la vie du développeur. Typiquement, quand tu étais un contributeur occasionnel et que tu voulais contribuer un bout de code, chaque fois tu devais signer un document qui disait que tu étais bien l'auteur, que tu acceptais de tout donner, ce qui était un peu pénible pour donner juste un patch par exemple. Maintenant, ils ont mis en place un système qui est le CLA, qui permet de l'affirmer une fois pour toute. Et dans tous les outils, les Bugzilla, les outils de revue Git, partout, on sait qui a un CLA et qui ne l'a pas, du coup cela devient totalement transparent. Ce sont des petits détails mais qui simplifient la vie des développeurs. Dans les autres grosses nouveautés, il y a l'aspect francophone qui émerge très largement. On a eu un EclipseCon France pour la première fois en Mai-Juin 2013. Cela a été un gros succès avec plusieurs centaines de personnes qui sont venues; les gens étaient vraiment contents. L'évènement va donc se renouveller, à Toulouse. A été également réactivée une communauté Française, un genre de mailing list qui s'était un peu endormi depuis quelques années, et là qui est reparti avec pas mal de gens dedans. La Fondation Eclipse a aussi recruté Gaël Blondelle qui est un ancien de Obeo et qui était également impliqué dans OW2 et dans des communautés open-source Françaises assez connues.

   

3. Pas mal de buzz aussi autour de PolarSys, est-ce que tu peux nous en parler un peu plus ?

Avec plaisir. En fait, PolarSys est un groupe qui est centré sur les utilisateurs finaux (gros industriels) sur tout ce qui est système embarqué. C'est donc la conception des systèmes embarqués, ce qu'on appelle de l'ingénierie système par exemple, et tout ce qui est outils d'aide à la simulation et à l'exécution, etc. Ce que je trouve vraiment intéressant dans PolarSys, c'est que dans la majorité des communautés open-source, ce sont souvent des éditeurs logiciels qui sont impliqués dans les projets open-source, ou des gens technophiles qui font la techno, et les utilisateurs en fait ont rarement de pouvoir ou de poids. Là, c'est vraiment tourné vers eux pour qu'ils puissent avoir les moyens d'influencer des projets existants ou même des projets centrés dans cette communauté-là qui héberge ses propres projets aussi pour les systèmes embarqués. Déjà c'est intéressant, cela permet aussi de faire en sorte de ramener du financement. On va par exemple retrouver dedans Ericsson, Thales, Airbus, Astrium (satellites). Ce sont des beaux noms pour l'Open Source, pour la Fondation Eclipse également qui héberge PolarSys. Un des argument qui est aussi intéressant par rapport à eux, c'est ce qu'ils appelent le "long-term support". C'est par exemple un argument que met en avant Airbus pour l'open-source. Quand ils mettent environ 20 ans à construire un avion, puis ils le commercialisent pendant à peu près 60 ans et doivent garder le dernier avion en maintenance pendant 20 ou 30 ans, sur toute cette durée ils doivent être capables d'avoir de la maintenance sur tout ce qui a servi à fabriquer cet avion. Avec des outils propriétaires classiques, ce n'est pas possible. Il n'y a aucun éditeur, même les plus gros tels que IBM, qui sache le faire. Avec l'open-source, ils peuvent le faire. C'est une problématique adressée par PolarSys. Ils sont plusieurs industriels à avoir ce genre de problématique là, ils mettent en commun des moyens, se disent qu'ils ont besoin de telle fonctionnalité, en financent chacun un bout, et hop c'est parti !

   

4. Pas mal de choses aussi autour du working group M2M, qui semble très bien fonctionner notamment avec sa présence à des conférences tierces type Android ou autres, avec Paho, Mihini. Plutôt réjouissant de voir ces perspectives ?

Tout à fait. Tout d'abord ce sont des sujets fun et cool. Je pense que c'est important même par rapport à Eclipse de se donner une image moderne et sympa. On le voit, il y a même des enfants qui sont venus cette semaine pour regarder les talks ou la vision en 3D en démo avec des lunettes. Ce que l'on se rend compte comme gros changement dans la Fondation, c'est que historiquement c'était une fondation plutôt centrée sur le développement, et plutôt Java, et aujourd'hui c'est en train de devenir un consortium de consortiums. Par exemple M2M aurait très bien pu être une nouvelle fondation à côté, un nouveau consortium. Et non, en fait ils ont décidé plutôt de se raccrocher à ce qui existait déjà, à la Fondation, ce qui permet de leur laisser du coup une grosse autonomie, mais tout en leur fournissant leur infrastructure, leurs process de contrôle, etc. Et puis cela permet aussi d'avoir plusieurs communautés comme ça dans des évènements tels que EclipseCon qui se rencontrent. Un autre Working Group qui s'est monté il n'y a pas longtemps, c'est le LocationTech, c'est tout ce qui est géo-localisation, cartographie. Il y les gros comme Apple, Google, qui ont fait leurs propres choses de leur côté, et tous les autres, on va dire qui sont autour d'OpenStreetMap ou qui font des outils autour de ça, qui eux étaient tous dispersés et qui voulaient monter un consortium pour essayer de se regrouper et ils l'ont mis sous forme de working group dans Eclipse dans LocationTech. Et aujourd'hui, il y a plein de projets qui sont en train d'arriver dedans.

   

5. Un sujet qui nous tient tous à coeur en tant que développeurs, l'IDE en lui-même. Il y a eu toute une série de commentaires sur le nombre de committers par rapport à l'énorme déploiement dans le monde. Peux-tu nous parler de l'initiative qui tenterait de re-fédérer autour de ça ?

D'une part, il y quand même du monde qui travaille sur le JDT avec des travaux très actifs en ce moment pour avoir un support complet de Java 8, avec les lambda expressions, etc. Sur la plateforme, il y a eu énormément de travaux qui ont été faits pour Kepler, pour la version 4.3, notamment pour accélérer la performance qui était un problème qui a été remonté. Il y a donc beaucoup de travaux qui ont été fait sur les commons, mais c'est sûr qu'il y a moins d'innovation. Donc là le but, c'est justement de redonner un coup de fouet sur tout ça, notamment par rapport à IntelliJ. Il y a un working group qui s'est monté (IDE Working Group) pour essayer de faire en sorte de retrouver des équipes (autres qu'IBM qui est aujourd'hui le principal contributeur sur JDT) pour diversifier un peu plus le nombre de personnes. Par exemple, suite à ce buzz qui s'est créé autour des fonctionnalités Java, des entreprises ont dit qu'elles étaient prêtes à payer pour améliorer les fonctionnalités. Mais pour payer qui? Car en fait il n'y a pas grand monde qui possède les connaissances. C'est juste le projet le plus compliqué qui existe dans Eclipse, il est hyper dur et devenir committer dedans est très complexe. Donc, l'objectif principal est d'une part de permettre à des boîtes qui veulent financer de pouvoir le faire. Après il y a aussi des idées pour que des individuels puissent aider, genre de bounty. Le but étant d'avoir des gens qui soient financés pour faire ce travail là, des gens plutôt "velus" en terme de compétences, et que ce soit entièrement transparent sur ce qui a été créé dedans, pour à la fin avoir des trucs vraiment innovants et super sympa dans Eclipse.

   

6. Concernant des secteurs d'innovation comme Mylyn qui ont essayé de pousser des nouveaux usages de l'IDE plus collaboratifs que classiquement, Orion certainement ?

Oui par exemple Orion qui est sur le web. Il y a des choses toutes simples, comme Tom Schindl avec des prototypes qui permettent d'avoir une implémentation de l'éditeur textuel en JavaFX. Cela a plein d'intérêts, par exemple on pourrait envisager demain de pouvoir insérer du graphique au milieu de l'éditeur, d'avoir une image au milieu du code et qu'en cliquant dessus elle s'affiche, d'avoir des previews, etc...

   

7. On parle aussi de thématiques MDM qui pourraient arriver dans Eclipse ?

Oui, dans la même problématique que les working groups, il y a un nouveau qui va arriver qui s'appelle openMDM (Master Data Management). Il est piloté par des gens de l'automobile tels que Audi, Chrysler qui ont déjà des solutions et qui vont les mettre dans la Fondation Eclipse comme un nouveau projet basé sur les stacks OSGi. Arrivée en 2014.

   

8. Pour finir, une petite touche Européenne sur la création d'une GmbH, une société Allemande pour une activité Européenne dédiée. C'est très positif pour nous tous européens ?

Aujourd'hui, on se rend bien compte que l'Allemagne et la France au sein de l'Europe sont devenus les piliers de la Fondation Eclipse, où la communauté y est vraiment vibrante et énergique. C'est donc normal qu'on arrive à ce stade.

   

9. Merci beaucoup Etienne!

Avec plaisir!

Rien ne serait possible sans le soutien et la confiance de nos Sponsors Fondateurs:

AppDynamics   CloudBees   Microsoft   Zenika
Feedback Général
Bugs
Publicité
Éditorial
InfoQ.com et tous les contenus sont copyright © 2006-2014 C4Media Inc. InfoQ.com est hébergé chez Contegix, le meilleur ISP avec lequel nous ayons travaillé.
Politique de confidentialité
BT