BT

Google dévoile son offre de Cloud publique IaaS et ajoute la gestion d'une base de données NoSQL

par Richard Seroter , traduit par Julien Vey le 22 mai 2013 |

Google a ouvert les portes de son service très attendu, Google Compute Engine et il est maintenant fermement engagé dans la bataille de l'Infrastructure-as-a-Service (IaaS) avec des gens comme Amazon et Microsoft. La Conférence Google I/O de cette semaine a également introduit une nouvelle base de données NoSQL entièrement gérée et l'ajout de PHP pour le service Platform-as-a-Service (PaaS) Google App Engine.

Tout comme Microsoft l'a fait avec leur service IaaS annoncé récemment, Google a ouvert Google Compute Engine après une période de bêta prolongée. D'abord présenté en juin dernier au Google I/O, Compute Engine de Google est désormais ouvert à tous ceux qui veulent déployer des machines virtuelles Linux dans les centres de données robustes de Google. L'annonce d'hier a mis en évidence les caractéristiques de prix et de stockage qui différencient Google Compute Engine d'autres IaaS concurrents. Un billet de blog de Google a présenté les points clés.

Nous annonçons plusieurs nouvelles fonctionnalités qui rendent plus facile et plus économique l'utilisation de Compute Engine pour un ensemble plus large d'applications.

  • Facturation à la minute : Nous avons entendu les commentaires de nos premiers utilisateurs qui voulaient des tranches de facturation plus granulaires afin qu'ils puissent exécuter des charges de travail de courte durée. Maintenant, toutes les instances sont facturées par incréments d'une minute avec un minimum de dix minutes, donc vous ne payez pas pour des minutes de calcul que vous n'utilisez pas.
  • De nouveaux types d'instances partagées : les nouveaux types d'instances, micro et petites, de Compute Engine sont conçues comme une option rentable pour de petites charges de travail qui n'ont pas besoin de beaucoup de puissance CPU, comme le développement et le test.
  • Disques persistants plus grands : Nous augmentons la taille des disques persistants de 8 000%. Vous pouvez désormais joindre jusqu'à 10 téraoctets de disque persistant à une machine virtuelle de calcul, vous donnant un espace de stockage persistant pour une grande variété d'applications.
  • Fonctions de routage avancées : Compute Engine supporte désormais le routage défini de manière logicielle grâce aux innovations sur broadSDN. Ces capacités sont conçues pour gérer vos besoins avancés de routage tels que la configuration des instances pour fonctionner en tant que passerelles, la configuration des serveurs VPN et la création d'applications qui s'étendent sur votre réseau local et le Cloud de Google.
  • Certification ISO 27001 : Nous avons également obtenu la certification ISO 27001:2005 pour Compute Engine, App Engine et Cloud Storage pour démontrer que ces produits répondent à la norme internationale pour la gestion de la sécurité de l'information.

Contrairement aux autres fournisseurs d'infrastructures IaaS qui vous permettent de créer des machines virtuelles de n'importe quelle façon, Google Compute Engine exige que chaque machine virtuelle fasse partie d'un "projet". Google décrit les projets comme "un monde totalement compartimenté. Les projets ne partagent pas de ressources, peuvent avoir différents propriétaires et utilisateurs, sont facturés séparément et gérés séparément". Comme AWS et d'autres fournisseurs de cloud, Google Compute Engine offre des services répartis géographiquement en "régions" et "zones". Les zones actuellement disponibles sont aux États-Unis et en Europe, bien que la page de tarification indique que l'Asie-Pacifique est peut être pour bientôt. Google Compute Engine prend en charge d’instances Linux Debian et CentOS avec jusqu'à 52 Go de mémoire et 8 cœurs de processeur.

Google a également annoncé une nouvelle offre de base de données.

Google Cloud Datastore est une solution entièrement gérée et sans schéma pour stocker des données non relationnelles. Basé sur le populaire magasin de données hautes réplication App Engine, Cloud Datastore est un service autonome qui dispose d'une évolutivité automatique et une haute disponibilité tout en offrant des fonctionnalités puissantes telles que les transactions ACID, les requêtes de type SQL, les index et plus encore.

On entend par base de données entièrement gérée dans le cloud, une réplication automatique, mise à l'échelle automatique pour répondre aux besoins d'utilisation, une surveillance active par le personnel de Google, et aucun temps d'arrêt causé par des fenêtres de maintenance. Déjà avec les bibliothèques pour Node.js, Python et Java, le Google Cloud Datastore est destiné aux développeurs qui veulent stocker des "entités" dans une base de données haute performance sans schéma. Alors qu'il prend en charge des fonctionnalités SGBDR telles que les transactions et les relations entre entités, il ne supporte pas des fonctionnalités comme les jointures ou les sous-requêtes.

L'ajout du runtime PHP pour Google App Engine - et la possibilité de partitionner les applications dans des groupes séparés - sont les dernières principales annonces pour le Cloud de Google lors de la conférence de cette semaine. Un article de blog de Google décrit cette mise à jour de leur plate-forme PaaS.

App Engine 1.8.0 est maintenant disponible et comprend une "Limited Preview" du runtime PHP - votre fonctionnalité la plus demandée. Nous apportons un des langages de programmation les plus populaires du web pour App Engine de sorte que vous pouvez exécuter des applications open source comme Wordpress. Il offre également une intégration profonde avec les autres parties de la plateforme Cloud, y compris Google Cloud SQL et Cloud Storage.

Nous avons également entendu que nous avons besoin de rendre le développement d'applications modulaires sur App Engine plus facile. Nous introduisons la possibilité de séparer les applications en composants à différentes échelles, pour déploiement, la gestion des versions et les paramètres de performance.

Jusqu'à présent, Google App Engine supportait seulement les applications écrites en Java, Python, et Go. Avec l'ajout de PHP, Google a inclus le langage de choix pour des centaines de millions de sites Internet. Bien que les options à la mode comme Node.js ou Ruby on Rails auraient peut-être été un choix plus célébré, le support de PHP est la caractéristique la plus couramment demandée pour la plate-forme. Wired voit une certaine stratégie en jeu dans cette décision.

Ceci est logique : même les entreprises et les développeurs qui se débarrassent de PHP possèdent encore d'anciennes applications dont ils ont besoin pour fonctionner, et ils veulent exécuter toutes leurs applications au même endroit.

Maintenant, grâce à Google, il sera beaucoup plus facile de garder ce code PHP en marche pendant quelques années de plus.

Bonjour étranger!

Vous devez créer un compte InfoQ ou cliquez sur pour déposer des commentaires. Mais il y a bien d'autres avantages à s'enregistrer.

Tirez le meilleur d'InfoQ

Donnez-nous votre avis

Html autorisé: a,b,br,blockquote,i,li,pre,u,ul,p

M'envoyer un email pour toute réponse à l'un de mes messages dans ce sujet
Commentaires de la Communauté

Html autorisé: a,b,br,blockquote,i,li,pre,u,ul,p

M'envoyer un email pour toute réponse à l'un de mes messages dans ce sujet

Html autorisé: a,b,br,blockquote,i,li,pre,u,ul,p

M'envoyer un email pour toute réponse à l'un de mes messages dans ce sujet

Discuter

Contenu Éducatif

Rien ne serait possible sans le soutien et la confiance de nos Sponsors Fondateurs:

AppDynamics   CloudBees   Microsoft   Zenika
Feedback Général
Bugs
Publicité
Éditorial
InfoQ.com et tous les contenus sont copyright © 2006-2014 C4Media Inc. InfoQ.com est hébergé chez Contegix, le meilleur ISP avec lequel nous ayons travaillé.
Politique de confidentialité
BT