BT

Accueil InfoQ Articles Entretien autour du Lean Startup Week-End

Entretien autour du Lean Startup Week-End

Favoris

Le Lean Startup fait partie des mouvements et des techniques ayant le vent en poupe depuis quelques années. Le courant prend en France avec quelques groupes Meetup réguliers et, la parution récente du livre “l’innovation frugale” tend à rendre le développement et les velléités d’usage plus importants. C’est d’ailleurs un topo que de plus en plus de directeurs du “digital” de grandes entreprises françaises finissent par reprendre dans leurs discours et politique.

A l’occasion prochaine d’un Lean Startup Week-End, InfoQ a rencontré l’équipe organisatrice pour revenir sur les bases du Lean Startup et rentrer dans le détail des pratiques et du contenu de l'évènement.

InfoQ FR : Un évènement autour du Lean Startup en parallèle de la fête de la musique. Qui a eu cette idée ?

Oana et Franck : On organise déjà quelques workshops autour du Lean Startup et y viennent des consultants, des responsables innovation et R&D, des porteurs d’idées intrapreneuriales et des startups. Pour cette année, nous voulions faire quelque chose à la fois plus dynamique, avec des participants qui bookent leur week-end, qui s’engagent plus ; et d’une autre part, plus simple comme format pour s’amuser encore plus en vivant l’expérience Lean Startup !

Franck : L’idée du workshop provient d'un atelier que j’ai fait à Londres il y a quelques années. Des gens sont venus avec leur projet et l'ont continué. D'autres ont tué leurs idées pendant l'atelier. Par exemple, l’un d'eux voulait pousser un outil pour de la préconisation de prix sur le Bon Coin. Après plusieurs échanges avec des clients potentiels, il a découvert que le problème du Bon Coin était surtout la fiabilité de la transaction. Il a alors complètement changé de stratégie pour construire un système d’échange de BD pour les passionnés.

Oana : J’ai organisé plusieurs ateliers dans la semaine en combinant l’idée de la “Outside-In Company” : l’entreprise qui met le client au centre comme valeur d’ancrage et n’hésite pas à sortir “sur la place publique” pour confronter un “Business Model” avec la réalité du terrain, avec des outils très puissants pour créer et améliorer un produit. Le retour d'expérience est très fort, des participants qui reviennent bouleversés après la séance disant qu’ils étaient en train de planter l’idée et qu’ils “ne regarderaient plus jamais les métriques de la même manière”. Ça m’a donné une forte envie de continuer dans cette voie. Quand Franck m’a proposé de co-construire le Lean Startup Week-End j’ai dit oui tout de suite .

InfoQ FR : En quelques mots, pourriez-vous rappeler ce qu’est le Lean Startup ?

Oana : L’expression « Lean Startup » renvoie à une démarche spécifique de lancement d’une activité entrepreneuriale et d’un produit. Son objectif consiste à valider les concepts d’un projet, une idée, une vision, avec des cycles itératifs courts et des retours rapides des utilisateurs, et cela à moindre coût.

Le terme provient d’un livre d’Eric Ries paru en 2008, qu’il a écrit suite à son expérience au sein de la Silicon Valley au moment de l’éclatement de la bulle internet, et en collaboration avec son ancien professeur, Steve Blank. L’approche s’inspire de concepts et de modèles plus anciens. D’un côté le Lean afin de faire juste ce qu’il faut et maximiser la valeur. De l’autre côté, du Design Thinking, pour la boucle itérative centrée sur les besoins et les comportements des utilisateurs potentiels.

Une contribution importante aux concepts a été apportée par le “Pretotyping Manifesto”, qui met les concepts Lean dans la perspective du développement produit avec des principes comme “la frugalité est belle” et “fais la bonne chose, au lieu de bien faire”.

Franck : L’idée du Lean Startup est l'élimination du gaspillage pendant le processus de création de nouveaux produits. Et construire un produit dont personne ne veut est un énorme gâchis. C’est l’expérience qu’Eric Ries raconte dans son livre : il a passé un temps dingue à construire un produit dont finalement personne ne voulait. J’ai remarqué que souvent aussi, quand il y a de l'argent, il y a du gâchis, on rentre moins dans le détail, on ne cherche pas à faire dans l'économie quand on a les moyens.

Par exemple, j’ai aidé il y a quelques années un entrepreneur qui était parti avec pas grand chose. Elle a construit son entreprise dans la gestion des réservations de chambres d’hôtel online. Elle a tenu sa boîte avec une feuille Excel pendant des années avant de se structurer et de la revendre plusieurs millions. Pour sa deuxième boîte, elle a démarré avec quelques millions sur la table pour recruter une grande équipe et construire son produit. Au final, le projet vient d’être lancé avec plus d’un an de retard, et ne marche pas. Le Lean Startup , c’est le premier cas. Le second, c’est le contraire =)

InfoQ FR : L’évènement a lieu sur tout un week-end. Pourquoi ce choix ?

Franck : C’est pour permettre à ceux qui bossent le soir et le week-end sur leur idée de business de profiter de ce workshop et de les aider à booster leur projet. En déplaçant l’atelier sur un week-end, nous voulons créer une dynamique et un engagement fort, similaire à celui d’un hackathon.

Oana : Et donc, en le mettant en plein week-end, nous voudrions une population plus de startupers, des personnes qui travaillent en entreprise et qui veulent lancer leur startup le week-end et non en semaine, et des porteurs d’initiatives d’innovation, R&D... qui veulent s'imprégner de l’état d’esprit “Démarrer avec rien, ce n’est pas seulement possible, cela apporte encore plus de valeur”.

Le concept “Venez le week-end” est aussi une image de marque et illustre une vision qui nous est chère : on aime ce qu’on fait et on s’amuse. Il ne s’agit pas d’un boulot ou d’une contrainte, mais d’une idée qui nous enthousiaste, comme passer le week-end à faire du rafting ou du tuning de voitures :)

InfoQ FR : Et concrètement, vous allez faire quoi sur un peu plus de deux jours ?

Franck : Le Lean Startup se comprend par la pratique. Ce choix de deux jours est vraiment fait pour les entrepreneurs qui veulent se lancer, et démarrer leur projet. C’est pour cela que l’on commence le vendredi soir, pour rencontrer les participants et commencer à former des groupes.

Oana : La première journée se focalise sur l’identification du besoin et du client, en plus d’une rapide partie théorique. Nous formons des groupes sur les projets des participants et nous allons interviewer les passants dans la rue. On apprend, on expérimente, on débriefe et on recommence !

Le deuxième jour va plus se porter sur le développement de la solution et comment on peut développer un bon MVP (Minimum Viable Product, NdR), qui est le plus petit produit ou service permettant de répondre véritablement à un problème, et donc de générer une activité. Ici également, nous avons de nombreux ateliers pratiques, avec par exemple la création d’une Landing Page pour chaque projet.

En fait, ces deux jours sont une forme de Customer Development très en amont. Vous allez tester votre idée, avoir des retour clients. Les participants doivent sortir de leur zone de confort en allant se confronter à leurs potentiels clients. C’est pour cela qu’ils avancent et apprennent.

Franck : Par contre, nous ne construisons pas les produits. A la fin des deux jours, si vous êtes venu avec une idée et que vous avez travaillé dessus, vous aurez une bonne compréhension de son potentiel, voire vous aurez peut-être “pivoté”. C’est à dire, faire évoluer son idée en fonction de ce que l’on apprend de notre marche sur le terrain.

InfoQ FR : Bon, le concept a l’air super intéressant. Mais si je n’ai pas d’idée, je n’ai pas de raisons de venir alors ?

Franck : Bien au contraire ! On a deux populations qui se complètent : ceux qui veulent apprendre le Lean Startup, et ceux qui ont une idée. Dans tous les cas, on conserve l’un des principes de base du Lean Startup : la confrontation aux clients. Que vous ayez ou non une idée, vous passerez deux jours à trouver vos clients cibles et à les interviewer. C’est un vrai "get out of the building".

Oana : Si vous n’avez pas d’idée maintenant, ce n’est pas grave. Le week-end vous en donnera sans doute. Ensuite, pour les personnes qui veulent se lancer ou tester leur idée sur des bases saines, c’est le meilleur moyen de vérifier l’existence d’une “Proposition de Valeur”, c’est à dire de clients potentiels. On a tous des idées, la question est de savoir valider vite si c’est une trop bonne idée qui va vous rendre riche et célèbre, ou un flan total.

Franck : Et si vous venez sans idée pour cette fois-ci, cela permettra une meilleure participation/assimilation d’ici la prochaine fois où vous aurez trouvé votre idée !

InfoQ FR : Comme c’est la réitération de l’évènement, comment avez-vous fait évoluer le concept ? Avez-vous pivoté ?

Oana : On le rend plus dynamique, avec un nouvel outil de validation, l’Experiment Canvas, qui simplifie les étapes de validation pour arriver vite sur une proposition de valeur. On accentue aussi sur les échanges entre groupes. Notre objectif est que les participants en sortant se disent : ”Je ne réfléchirai plus jamais sur un lancement de produit de la même façon”.

InfoQ FR : Et après ce week-end, quelles sont les suites du LSU en France ?

Franck : Le Lean Startup fait son chemin en France. On organise à travers le meetup Lean Startup Experience, différents événements ; le but étant de communiquer et de faire évoluer ces nouvelles méthodes et outils. Pour l’instant, nous faisons une fois par mois des retours d’expérience d’entrepreneurs et d’intrapreneurs qui ont appliqué la méthode.

Nous avons également lancé un groupe de travail sur la création de jeux autour du Lean Startup et de l’entrepreneuriat. Quelques prototypes sont déjà en test. Je suis entré en relation avec le Lean Startup Circle de San Francisco récemment et ils ont des formats très intéressants, plus intéractifs, qui je pense seront très enrichissants pour les participants. Nous allons en lancer quelques-uns dans les mois qui viennent. Nous avons en préparation des UnConferences, des sessions de Peer Actability, et des Lean Café.

On a aussi lancé une campagne de crowdfunding pour faire venir Eric Ries à Paris. Atterrissage prévu en octobre.

Donc voilà, ça avance et on ne chôme pas.

Oana : En effet, les modes d’événements interactifs sont très appréciés dans l’écosystème Agile. Open Space (qu’on appelle aussi “UnConference”), World Café (avec sa variante Lean Café) et “Gamification” ont attiré l’attention du monde de l’entrepreneuriat et des startups. Les bonnes idées gagnent de la popularité et s’appliquent partout :)

Comme Franck l’a mentionné, notre prochain défi est de réussir notre campagne de “crowdfunding” pour faire venir Eric Ries à Paris. Et pourquoi pas, réaliser une “Lean Startup Mentor Camp” sur le modèle Open Space.

A propos des Organisateurs

Oana Juncu a fondé la société Coemerge et accompagne les entreprises en mixant des pratiques centrées sur le client, le coaching Agile et le mentoring Lean Startup, afin de rendre les équipes fières de leur réalisations et d'avoir des clients ravis.

 

Franck Debane a créé Netelio avec pour ambition de faire croître les entreprises et startups grâce à de nouveaux produits. Il pratique et applique les principes du Lean Startup au quotidien.

Evaluer cet article

Pertinence
Style

Bonjour étranger!

Vous devez créer un compte InfoQ ou cliquez sur pour déposer des commentaires. Mais il y a bien d'autres avantages à s'enregistrer.

Tirez le meilleur d'InfoQ

Html autorisé: a,b,br,blockquote,i,li,pre,u,ul,p

Commentaires de la Communauté

Html autorisé: a,b,br,blockquote,i,li,pre,u,ul,p

Html autorisé: a,b,br,blockquote,i,li,pre,u,ul,p

BT

Votre profil est-il à jour? Merci de prendre un instant pour vérifier.

Note: en cas de modification de votre adresse email, une validation sera envoyée.

Nom de votre entreprise:
Rôle dans votre entreprise:
Taille de votre entreprise:
Pays/Zone:
État/Province/Région:
Vous allez recevoir un email pour confirmer la nouvelle adresse email. Ce pop-up va se fermer de lui-même dans quelques instants.