BT

Accueil InfoQ Actualités Beyond Budgeting pour Réduire l'Echelle Agile

Beyond Budgeting pour Réduire l'Echelle Agile

Favoris

Ces dernières années, le "scaling" de l'agilité est devenu la tendance hype de transformation. Pourtant, des voix critiques viennent rappeler que l'Agile n'est pas toujours la solution, avec plus ou moins d'humour ou de sérieux. Côté francophone, l'agile à l'échelle de l'entreprise continue à se heurter à des concepts tels que le budget et la contractualisation.

Lors d'Agile France 2016 qui se déroulera les 16 et 17 juin au Chalet de la Porte Jaune à Vincennes, Samuel Retiere viendra présenter "Unscaling Agile: Beyond budget & process".

InfoQ FR a pu échanger avec Samuel sur la transformation agile, les limites du "scaling", les tendances qu'il participe à déployer, le processus de Beyond Budgeting et les limites à dépasser.

 

InfoQ FR: Samuel, merci d'échanger avec nous. Avant de commencer, pourriez-vous vous présenter ?

Samuel Retiere : Je suis coach agile depuis 4 ans pour la banque d’investissement de la société générale. Ca c’est le titre officiel. Dans la pratique, nous (les coachs du centre agile) sommes des catalyseurs de changement que ce soit du pur agile ou que cela touche plus la transformation de l’organisation. En élément contextuel, mes réponses à cet entretien ne sont que ma vision personnelle et ne représente pas forcément la vision de mon organisation.

InfoQ FR : Pourriez-vous revenir sur les grandes étapes que votre organisation a traversées en termes de déploiement de l'Agilité ?

Samuel Retiere : La première étape a commencé il y a 4/5 ans et elle répondait à un besoin de rapprochement de l’IT et du business. Elle a principalement consisté à changer de méthodologie projet pour passer d'une approche cycle en V à une approche agile à base de Scrum et Kanban. Nous avons eu des succès, mais aussi vu des limites, principalement de deux ordres, à savoir technique et managériale. On peut être agile dans l’esprit, mais quand l’application n’est livrable que par batch, ça coince. Nous avons aussi majoritairement touché les couches basses de la structure et vu peu de changement au niveau des top et middle managers.

La deuxième étape a commencé il y a un peu plus de deux ans avec un objectif de livraison plus rapide avec une bonne qualité logicielle. Je parle de ce que nous avons appelé continuous delivery. Cela nous a permis de lever l’obstacle technique de la première étape. Il ne reste plus qu’à lever la partie managériale/budgétaire qui freine la transition vers l’entreprise agile.

InfoQ FR : A la fin de ce processus, quels problèmes subsistaient ?

Samuel Retiere : Nous avons des problèmes plus simples à résoudre que d’autres. Nous avons pas mal tiré le marché sur la partie software craftsmanship et les bons profils sont donc difficile à trouver. Si on rajoute à cela que notre processus budgétaire annuel tend à nous faire recruter en début d’année et l’inverse en fin d’année, cela rajoute du challenge. Notre plus gros challenge actuel est sur la partie management/organisation. Nous arrivons à être fluide au niveau équipe et technique, nous avons par contre plus de mal à changer d’orientation business rapidement. Nous avons une inertie plus importante que ce que nous voudrions.

InfoQ FR : Il semblerait que l'orientation de votre organisation ne prenne pas la direction d'un des frameworks agile de passage à l'échelle. Qu'est-ce qui vous dérange ou vous retient dans l'utilisation de tels pratiques ?

Samuel Retiere : Personnellement, je ne vois pas l’intérêt d’un framework type SAFe maintenant. Nous avons fait trop de chemin et cela peut nous apporter plus de problèmes qu’en résoudre. Typiquement, je vois trop de middle managers qui voit SAFe comme un façon de ne pas changer grand chose. Nous avons besoin qu’ils bougent vers un mode de management plus décentralisé. Pour limiter l’inertie, les équipes ont besoin d’autonomie. Nous avons donc encore du chemin à faire pour passer du "comment" au "pourquoi". Nous avons quand même lancé un pilote SAFe histoire de voir si cela pourrait nous apporter quelque chose. De par notre taille, nous pouvons garder des options ouvertes.

InfoQ FR : Avec le passage de Bjarte Bogsnes, le concept de "Beyond Budgeting" a commencé à se diffuser en France. Pourriez-vous revenir sur le chemin que cela a déclenché ?

Samuel Retiere : C’est plutôt de l’opportunisme qu’une démarche structurée. Nous (LKFR) avons découvert Bjarte lorsqu'il est passé à Lean Kanban North America. Nous l’avons ensuite invité à Lean Kanban France. Puis, la société générale a décidé d’organiser des meetups dans son grand amphithéâtre et j’ai donc sauté sur l’occasion pour faire venir Bjarte dans les locaux SG. Cela a permis de continuer la propagation du Beyond Budgeting en France, et en même temps, cela a permis à nos managers de découvrir une autre forme de gestion budgétaire. Nous avions planté une graine vers un potentiel changement de paradigme.

InfoQ FR : Si le "scaling" Agile ne paraît pas correspondre à votre environnement, pourriez-vous expliquer en quoi et comment les principes de "Beyond Budgeting" résonnent mieux pour vous ?

Samuel Retiere : Il y a une différence majeure qui ne tient pas dans les concepts mais dans la communication. Agile et Beyond budgeting vont dans le même sens. Ils ne parlent juste pas aux mêmes personnes. La communication du BBRT est très axée finance et gachis. Ils ont des arguments qui font mouche auprès des top managers. Et ce que j’aime bien dans le Beyond budgeting, c’est qu’il donne plus la finalité avec les 12 principes qu’une recette de cuisine pour y aller. Il est aussi plus large que SAFe par exemple car il parle de rémunération, de transparence de l’information... Il donne pour moi plus la vision globale.

InfoQ FR : Pourriez-vous partager votre situation actuelle avec nos lecteurs ?

Samuel Retiere : Nous avons connu des périodes avec plus de visibilité. Nous savons ce que nous faisons cette année, à savoir continuer et terminer notre voyage vers le continuous delivery. Pour 2017, le processus budgétaire n’ayant pas encore commencé, c’est aujourd’hui l’inconnu.  Je me trolle moi-même. Nous allons vers plus de fluidité budgétaire, mais nous avons encore du chemin à faire pour avoir une visibilité glissante et non plus par année civile.

InfoQ FR : Si nos lecteurs veulent aller plus loin sur le sujet, que leur conseillez-vous de lire/regarder/écouter ?

Samuel Retiere : Je conseille le livre qui donne une vision d’ensemble sans aller dans le detail, à savoir "Lean Enterprise". Il donne des pointeurs pour creuser plus loin.

Et pour ceux qui préfèrent la communication directe, Anders Olesen sera sur Paris le 21 Juin pour un meetup Lean Kanban France. Il nous parlera de l’impact du Beyond budgeting sur les managers.

Evaluer cet article

Pertinence
Style

Bonjour étranger!

Vous devez créer un compte InfoQ ou cliquez sur pour déposer des commentaires. Mais il y a bien d'autres avantages à s'enregistrer.

Tirez le meilleur d'InfoQ

Html autorisé: a,b,br,blockquote,i,li,pre,u,ul,p

Commentaires de la Communauté

Html autorisé: a,b,br,blockquote,i,li,pre,u,ul,p

Html autorisé: a,b,br,blockquote,i,li,pre,u,ul,p

BT

Votre profil est-il à jour? Merci de prendre un instant pour vérifier.

Note: en cas de modification de votre adresse email, une validation sera envoyée.

Nom de votre entreprise:
Rôle dans votre entreprise:
Taille de votre entreprise:
Pays/Zone:
État/Province/Région:
Vous allez recevoir un email pour confirmer la nouvelle adresse email. Ce pop-up va se fermer de lui-même dans quelques instants.